Aff Carav Brantôme juill 2018 vers2-page-001

Le programme que nous propose l’ensemble Viva Voce ce mercredi 18 juillet 2018 en l’abbatiale saint Pierre de Brantôme présente l’originalité de nous mener dans l’univers musical européen au moment où l’Italie, au XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle se trouve au cœur de l’évolution de la musique et influence aussi celle des autres pays. Nous serons pour une soirée à la frontière de l’histoire musicale entre baroque et classicisme. Il faut se souvenir qu’au début de la Renaissance, les compositeurs qui faisaient autorité étaient des hommes du Nord, et particulièrement des Flamands. Nombre d’entre eux émigrèrent en Italie où leur expérience en matière de polyphonie stimula la production musicale locale. Pour l’Espagne, il est important de noter aussi que la musique espagnole de la Renaissance n’est pas, comme l’ont voulu plusieurs historiens, une simple branche de la polyphonie flamande, car l’Espagne a pratiqué la polyphonie en même temps que la France. Et l’Espagne, après l’Italie et la France, a connu sous la Renaissance la vie musicale la plus active.

Le choix des œuvres qui seront interprétées est par ailleurs judicieusement élaboré par le lien fort qui unit, à l’époque, l’espagnol Antonio Soler au napolitain Domenico Scarlatti, le plaçant pour la postérité directement dans le sillage et la tradition du maître italien. De même que le choix de Claudio Monteverdi reflète bien combien ce compositeur se situe à la charnière de la Renaissance et de la musique baroque. En effet, au cours de sa longue vie, il a produit des pièces appartenant aussi bien au style ancien qu’au nouveau et a apporté de nombreux changements au style de son époque. N’est-il pas déjà considéré, avec son Orfeo, composé pour le Carnaval de Venise, comme l’un des créateurs de l’Opéra ?

Un programme musical consacré au contre point et à la polyphonie certes, mais doublé d’un parcours intéressant au plan de l’histoire de la musique, avec quelques pépites rares :

- l’italien Francesco Durante, considéré au XIXe siècle comme le chef de l’école musicale moderne, qui toucha à tous les genres de musique, laissa une œuvre extrêmement abondante, forma parmi ses élèves Pergolèse, et mourut, semble t-il, d’une indigestion de melons. Bien entendu, Brantôme et ses melons de Richemont n’était pas coupable !

- la nonne bénédictine italienne, Caterina Assandra,  organiste célèbre, qui composa des œuvres très traditionnelles autant que plus innovantes, comme le Duo Seraphim que nous écouterons lors de ce concert.

- Puis en Espagne, les deux compositeurs Tomàs Milans y Godayol et Francisco Valls, contemporains l’un de l’autre, et également maîtres de chapelle de la cathédrale de Gérone. La musique du premier assurera la transition entre le langage polyphonique du XVIIe siècle et le chant soliste du suivant. Le second fut un des grands représentants de la musique baroque catalane.  Il est à noter que l’apogée de la période baroque, au début du XVIIIe siècle, fut marquée en Catalogne par une période de guerres et de soulèvements  mais aussi par la création d’une cour royale à Barcelone.

- Enfin, Diego Ortiz, qui les a précédés de plus d’un siècle, est un compositeur espagnol né à Tolède. Les quelques informations que l’on possède à son propos nous indique qu’il vécut à Naples où il devint musicien au service du duc d’Albe. Il est l’un des premiers auteurs de recueils de partitions basées sur des variations instrumentales.

Escale musicale en Espagne et en Italie - Ensemble vocal et instrumental Viva Voce – direction musicale Josette Lespinasse – Abbatiale Saint Pierre de Brantôme – Mercredi 18 juillet 2018 – 21 h – Renseignements et réservations au 06 86 99 41 36 – Entrée 12 € – Tarif réduit 10 € – Gratuité pour les enfants - 

C.D.

© Toute reproduction même partielle sera soumise à l’autorisation de l’auteur.