Pour clore la saison 2012 des Amis de Brantôme, – saison consacrée aux femmes artistes, musiciennes, écrivains ou journalistes -, nous allons découvrir qui fut réellement Cécile Sauvage. Grâce à Béatrice Marchal (en photo ci-contre), agrégée de l’Université en Lettres classiques, docteur ès Lettres de l’université Paris IV-Sorbonne, pour sa thèse consacrée à L’oeuvre poétique de Cécile Sauvage, nous pénétrerons un peu plus dans l’intimité d’une femme connue pour être la mère du compositeur Olivier Messiaen qu’elle éleva -selon ce dernier- dans un “univers féérique”.

Ecrivain et poète, son oeuvre, saluée notamment par Henri Pourrat, est touchante par sa simplicité et sa nudité, qui dit l’essentiel.  Une poésie vouée au bonheur, aux joies de la maternité et à la nature. Mais cette digne émule de Marceline Desbordes-Valmore fut aussi une amoureuse et une amante passionnée. Elle vécut une fulgurante passion avec Jean de Gourmont, chroniqueur au Mercure de France. L’édition de ses “Ecrits d’amour” en est le brûlant souvenir, dans une expression forte où l’érotisme s’allie au mysticisme. C’est de cette édition établie, introduite et annotée par Béatrice Marchal, dont il sera question lors de la conférence qu’elle prononcera à Brantôme le vendredi 16 novembre 2012 à 20 h 30, en la Salle du conseil de l’Abbaye. Une conférence illustrée de clichés et portraits de l’écrivain qui vécut de 1883 à 1927.

Un auteur à découvrir, à apprécier dont l’image est renouvelée grâce à la révélation tardive et mouvementée de ses “Ecrits d’amour”.

Cécile Sauvage Ecrits d’amour – Editions du Cerf, collection Cerf  Littérature -